Mauritanie : faire pousser des légumes sur du sable #Jeudiphoto

CCFD-Terre Solidaire – En Mauritanie, nos partenaires locaux encouragent le développement d’exploitations agroécologiques pour permettre aux populations de se nourrir.

C’est le cas d’Awa et Awa, deux agricultrices qui ont relevé le défi d’une agriculture prospère dans un pays marqué par la sécheresse et la pauvreté. Nous sommes en Mauritanie dans la banlieue de Nouakchott, au cœur d’un paysage sableux et pourtant étonnamment verdoyant.

Deux femmes vêtues de boubous colorés se tiennent avec fierté au milieu de leurs plantations. Elles regardent chacune d’un bout à l’autre de l’horizon, en tenant dans leurs mains des légumes fraîchement récoltés.

En 2015, Awa et Awa — deux cousines inséparables — décident de se lancer dans l’agriculture pour nourrir leurs familles. Avec le soutien de notre partenaire local, le GRDR, elles se forment à l’agroécologie et acquièrent un terrain.

Grâce à ce modèle, elles relèvent le défi d’une agriculture prospère au milieu d’un terrain désertique. “Chez elles, tout était vert. Avec leur couleur, leur bienveillance et leur sourire en plus, ça rendait le lieu encore plus joyeux“, témoigne la photographe Roberta Valerio.

Aujourd’hui, Awa et Awa ont été rejointes par d’autres agricultrices qui se sont installées à côté de leur parcelle. L’agroécologie permet aux femmes de nourrir leurs familles malgré le manque d’eau et de générer des petites économies en vendant les surplus sur les marchés.

L’agroécologie pour lutter contre l’insécurité alimentaire

En Mauritanie, qui a l’habitude la majorité de ses denrées alimentaires, locale demeure un enjeu de développement pour aider les populations à se nourrir face à la flambée des prix. En 2021, plus de 20% de la population étaient en situation d’insécurité alimentaire.

Et cette année encore, le retour de la sécheresse inquiète ! Le 18 mai dernier, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a déclaré que plus de 470 000 personnes en Mauritanie pourraient être menacées d’insécurité alimentaire si la saison des pluies enregistrait un retard.

À travers tout le pays, nos partenaires, le GRDR et le CDD, soutiennent des initiatives en agroécologie pour permettre à la population de s’adapter aux conditions climatiques difficiles et de tendre vers l’autosuffisance.

“C’est très étonnant, parce que lorsqu’on sillonne le pays, on voit des régions très désertiques et tout d’un coup, on arrive dans ces exploitations qui sont très vertes“, raconte Roberta Valerio qui est allée à la rencontre des bénéficiaires.

Stéphanie Gallet – RCF